C’est quoi un scout ?

Pendant mes balades Facebookales, je suis tombé sur le statu d’un ami scout. Après avoir fini de lire je me suis dis directement : “ Oui je suis un scout”. C’est étrange comme on a tous, nous les scouts, des comportements tellement étranges aux yeux des autres, mais tellement naturels et communs entre nous Rire . Je vous laisse lire.

Un scout, c’est quelqu’un qui, quand tout le monde est effrayé par une petite araignée, arrive comme Zorro, non pour l’écraser mais pour la prendre dans sa main et la déposer dehors.
Un scout, c’est quelqu’un qui, même très jeune, gère un agenda de ministre.
Un scout, c’est quelqu’un qui va prendre tous les paris même les plus stupides.
Un scout, c’est quelqu’un qui va faire un concours de gobage de flan à la cantine.
Un scout, c’est quelqu’un qui trouve ça trop bien les toilettes dans le train (surtout au retour de camp).
Un scout, c’est quelqu’un qui sort en caleçon des toilettes pour retrouver ses compères, leur hurler sans aucune pudeur « y a pas quelqu’un qui a du PQ ? », Et repartir aussi vite que venu, toujours en caleçon, dans les WC avec le rouleau de PQ providentiel.
Un scout, c’est quelqu’un qui te propose de faire des crêpes dehors avec du bois mouillé pas de papier et une allumette à minuit et demi et qui te répond qu’il n’en a jamais mangé d’aussi bonnes.
Un scout, c’est quelqu’un qui te présente ses bons vœux dès octobre avec un calendrier.
Un scout, c’est quelqu’un qui se tue le pouce à découper du scotch, qui se démonte les genoux et le dos à faire des paquets pour des exigeants, qui dit bonjour bonnes fêtes en souriant alors qu’il est crevé, qui répond gentiment aux gens qui vous disent : « oh ils ont pas eu de chances vos scouts de l’an dernier, leur projet a foiré… tu vois mon grand (s’adressant à son petit-fils) on leur donne de l’argent pour qu’ils aillent se balader … ».
Un scout, c’est quelqu’un qui se dit « je vais faire un truc de dingue cet été » et qui le fait.
Un scout, c’est quelqu’un qui sait que les sardines et les maquereaux ne sont pas uniquement des poissons et les bananes pas seulement des fruits.
Un scout, c’est quelqu’un qui réussit a emballer un billard, un vélo, une boite difforme de chocolat ou encore un lustre d’où pendouillent plein de trucs fragiles.
Un scout, c’est quelqu’un qui quand il prend le train, donne un coup de main aux gens avec des valises plus grosses qu’eux, parce qu’il sait ce que c’est de se balader avec des tentes et des malles dans le TGV. Mais en même temps il se dit que pour une semaine de vacances, ils pourraient voyager plus léger quand même.
Un scout, c’est quelqu’un qui rigole tout seul, à tous les moments de la journée, en se remémorant ces meilleurs moments passés aux scouts.
Un scout, c’est quelqu’un qui passe avec d’autres scouts des nuits à refaire le monde plutôt que dormir.
Un scout, c’est quelqu’un qui est le seul en voyage scolaire, a dans son sac ses gamelles, son couteau et une lampe de poche de ouf, capable d’éclairer l’autre bout de la Terre.
Un scout, c’est quelqu’un qui a des tas d’idées de jeux pour des journées d’intégration étudiantes et pour des mariages.
Un scout, c’est quelqu’un qui fait mousser le pédiluve de la piscine en camp … pour une fois qu’il y a une vraie douche pour se laver.
Un scout, c’est quelqu’un qui préfère dormir par terre que sur un mauvais lit …
Un scout, c’est quelqu’un qui passe ses weekends sur la face cachée de la lune pour aider les singes lunaires à faire pousser leurs citrons et leurs citrouilles parce que la luminosité de la lune baisse …
Un scout, c’est quelqu’un qui ne voit pas où est la difficulté de parler en public.
Un scout, c’est quelqu’un qui n’a pas peur de téléphoner aux mairies.
Un scout, c’est quelqu’un qui fait plus de bêtises l’été que pendant l’année.
Un scout, c’est quelqu’un qui est passé maitre en l’art de griller un chamallow.
Un scout, c’est quelqu’un qui est le seul à pouvoir allumer un feu en moins de 5 minutes quelques soit les circonstances.
Un scout, c’est quelqu’un qui est capable de gober des flans, de manger des trucs bizarres.
Un scout, c’est quelqu’un qui en conférence, sort des dragibus le soir.
Un scout, c’est quelqu’un qui dort dans une tente qui prend la flotte et qui est super heureux quand même !
Un scout, c’est quelqu’un qui, dans sa tendre enfance (ou prime jeunesse) a été piqué par une folle envie de vivre quelque chose de formidable et qui s’est retrouvé atteint d’une maladie incurable : le scoutisme.
Un scout, c’est quelqu’un qui bloque les portes du train avec malles, tentes … un petit conseil pour les voyageurs, ne croisez jamais un scout avec un sac à dos dans le couloir d’un compartiment.
Un scout, c’est quelqu’un qui adore rester discutailler et chanter pendant des heures autour du feu …
Un scout, c’est quelqu’un qui a un humour assez particulier, que beaucoup ne comprennent pas …
Un scout, c’est quelqu’un qui a des envies de meurtres quand il entend tous ces blaireaux se dire « non moi la bouffe de la cantine je ne préfère pas me risquer, je suis sur que ce n’est pas hygiénique » ou autres énormités dans ce style, quand il a fait un camp scout ou vécu un projet compagnon, c’est dur à supporter. Il a un peu envie de les mettre à la diète, ça serait pas mal pour leur ligne et on pourrait envoyer leurs rations à des gens qui ont VRAIMENT des raisons de se plaindre.
Un scout, c’est quelqu’un dont on a l’impression qu’il est lent, mais c’est tout simplement parce qu’il n’est pas speed.
Un scout, c’est quelqu’un capable de ne pas se laver pendant une journée.
Un scout, c’est quelqu’un qui est le seul à savoir ceux que c’est une personne qui se balade en ville avec une chemise, jaune, bleu, rouge, verte pétant(e).
EN bref le scout c’est celui qui a tout compris, le vrai, l’unique, le beau, et surtout très important, le plus modeste!!!

Publicités

Le bonheur et les maths

Pendant une discussion entre collègues, l’un d’eux disait “le bonheur est uniquement spirituel”. Je ne sais pas si c’est une phrase déjà célèbre, mais j’avoue qu’elle est remplie de bon sens et d’intelligence. Bien que le sens de “spirituel” puisse être interprété différemment, la partie la plus importante est le fait de se rendre compte qu’être heureux n’est qu’un état qui n’est pas forcement lié au matériel où à la conception populaire du bonheur, c’est à dire, argent – maison – voiture – foyer – enfants. Je pense que chacun aura forcement une définition du bonheur propre à lui, mais moi j’en suis arrivé à une autre conclusion : le bonheur est une fonction sinusoïdale et continue par morceaux.

 

Fonction sinusoïdale

Je vous épargne la définition mathématique, mais d’un manière générale une fonction sinusoïdale passe par des états hauts puis bas et ainsi de suite. Ceci signifie qu’il est impossible d’être tout le temps heureux, on passe obligatoirement par des phases moins heureuses. Mais quand l’on garde cela à l’esprit, il est nettement plus facile de garder la tête froide et d’essayer de transformer cet état bas en état haut.

sinus

 

Fonction continue par morceaux

Regardez l’image ci-dessous …

morceaux

je suppose que vous avez déjà votre idée sur le sujet, mais je vous éclaircie tout ca (pour ceux qui sont encore dans le noir). Comme vous le voyez sur l’image, le passage d’un état bas à un était haut peut se faire brutalement, sans forcement de transition. C’est exactement ce qui se passe quand on tombe amoureux, subitement, un jour, comme ca, gbia ! On se sent heureux, sans savoir pourquoi. Evidement la brutalité marche aussi du haut vers le bas, c’est le cas malheureusement quand on perd un proche.

D’un point de vue purement mathématique, je ne pense pas qu’une fonction puisse être à la fois sinusoïdale et continue par morceaux (avant que des nerds des maths ne me tombent dessus).

Alors pourquoi est ce que je viens vous dire ce que vous savez surement déjà ? Je me suis rendu compte au cours de cette semaine, que certaines choses très simples, que l’on évite, peuvent nous conduire dans cet état heureux. Des choses comme marcher pendant plusieurs minutes avec son meilleur pote, discuter quelques minutes avec ses parents, se coucher à même le sol bras écartés … Nos sociétés actuelles ont tellement tendance à standardiser les émotions que l’on se sent tous obligés de faire les même choses et de ressentir le même bonheur, ceci est un complot et un mensonge mes chers lecteurs.

En outre, il est important de garder à l’esprit que le bonheur va et vient, ca ne sert absolument à rien de croire qu’il n’y a que telle ou telle autre chose qui pourrait nous rendre heureux pour l’éternité ( à condition qu’on ne finisse pas en enfer, quoique, il reste à vérifier ce qui se passe la bas), ou que la situation dans laquelle l’on se trouve n’a aucune issue, que le bonheur est à jamais perdu. Le principe est simple, il faut vivre ses moments heureux au quotidien, il se trouve dans les petites choses que l’on ne soupçonne même pas, le bonheur n’est nullement un grosse piscine dans laquelle on ira se plonger pour des siècles et des siècles.

Pour ma part j’ai écouté ce soir smooth Criminal de Michael Jackson, et cette chanson m’a rappelé mes pauses déjeuné en terminale avec mon voisin TP, pleines de discussions existentielles à deux balles. Comme quoi la nostalgie peut vous rendre heureux avant d’aller dormir Sourire.

Peace !

“Dieu ne donne pas tout”

caricature-nabila-allo-copyreight

“Dieu ne donne pas tout” – fût la première phrase contenant “Dieu” que j’ai entendu au catéchisme (Catholique). En réalité, mon premier cours m’ennuyait à un point qu’il a fallu une discussion à la toute fin pour me réveiller; Mon voisin a dit “De toute façon Dieu donne pas tout” … cette phrase m’a terriblement intrigué. Sur le coup je n’ai pas osé demander le sens de cette phrase (j’étais très timide à cette époque, croyez moi).

Au fil des années j’ai observé la véracité de cette phrase et j’y ai ajouté mes conceptions personnelles (vous croyiez quand même pas que je n’allais rien y ajouter Tire la langue ). Mais avant essayons d’expliquer le plus simplement possible cette phrase.

  • Si on est croyant (en un Dieu, pour restreindre le champ de réflexion)

Cette phrase signifie simplement que le Seigneur dans son infini bonté et son amour inaliénable pour ses créatures ne peut pas donner que des qualités à un homme. Alors pourquoi donc ? Je ne pourrais pas vous donner de réponse parce que … Bah … Only God Knows ! Par contre je me dis qu’un homme avec uniquement des qualités, c’est un peu louche. Imaginez un joueur de foot avec uniquement des qualités : il sait dribler, il est altruiste, il ne fait pas de faute intentionnelles, il sait défendre, il est endurant, il est calme,il est rapide, il est habile, il est professionnel, il est amical, il n’est pas Egocentrique et enfin il ne commet pas de fraude fiscale (un coucou aux fans de Messi Tire la langue ). Avouez qu’un joueur de ce type, il finira par être énervant , et dire qu’il n’a pas de défauts (en tant qu’homme) cela veut dire qu’en dehors du terrain il est aussi irréprochable. Il tendrait donc vers le statut du créateur … Equation absurde !

Bon même en supposant que c’est un saint, ce serait encore plus chelou qu’il existe de nombreuses personnes comme ca !

 

  • Si on n’est pas croyant du tout

On peut simplement le traduire par “Nul n’est parfait”, rien que ca ! Bon le reste de l’argumentation tient aussi ici, mais je vous colle ça au cas où vous avez la flemme :
[…] Par contre je me dis qu’un homme avec uniquement des qualités, c’est un peu louche. Imaginez un joueur de foot avec uniquement des qualités : il sait dribler, il est altruiste, il ne fait pas de faute intentionnelles, il sait défendre, il est endurant, il est calme,il est rapide, il est habile, il est professionnel, il est amical, il n’est pas Egocentrique et enfin il ne commet pas de fraude fiscale (un coucou aux fans de Messi Tire la langue ). Avouez qu’un joueur de ce type, il finira par être énervant, et dire qu’il n’a pas de défauts (en tant qu’homme) cela veut dire qu’en dehors du terrain il est aussi irréprochable. […]. Le problème ici c’est qu’avec toutes ces qualités, le monsieur (ou la dame) deviendrait inévitablement “chef du monde” et à partir de là … “tout va se gâter” (être chef, c’est diriger, et diriger c’est se croire supérieur … en quelque sorte).

Une autre explication plus simple serait que quelqu’un de parfait ne ferait que déranger l’équilibre sur terre; En effet, nous somme sensés (je dis bien sensés …) se compléter sur terre. Si vous ne comprenez toujours pas, cela voudrait par exemple dire que le mec n’aura besoin d’une femme que pour procréer, et uniquement que ca … équation absurde !

 

Alors, on est tous d’accord que “Dieu ne Donne pas Tout”. Maintenant et si on essayais de donner un exemple de ce que cela implique concrètement (et là je sens qu’on va se marrer XD ). Pour le reste de l’article, nous allons énoncer cette phrase sous le sigle de AET (Axiome de l’Equilibre Terrestre) 

Prenons un mec, beau(de visage), os bien formés, muscles bien taillés et solides, dentition parfaite, beaux cheveux (comme moi, eh eh! ), peau nickel, et bien selon l’AET ce type sera forcement … con! Rien à faire il ne sera pas plus malin qu’une … Nabila memes-troll

 

 

 

En parlant de Nabila (justement), elle n’a surement jamais entendu parlé de l’AET, parce que sinon elle saurait “qu’être un femme et ne pas avoir de cheveux” c’est tout à fait possible, si on a déjà beaucoup d’autre choses.

Imaginez maintenant que le mec dont je parlais plus haut (ou si vous êtes plus joueur, prenez Nabila), se rende compte que l’AET existe, et décide donc de trouver un moyen de générer une exception à la règle (l’une de ses rares réflexions intelligente…) : c’est-à-dire, procréer avec une femme qui a des facultés intellectuelles hors-normes. La meilleure chose qui puisse leur arriver est d’avoir un enfant moyennement intelligent (il pourrait avoir un master en quelque chose …) et moyennement beau (suffisamment pour ne pas avoir à se cacher). Mais … cela voudrait donc dire que leur enfant est correctement constitué (physiquement et intellectuellement)  et qu’en plus il a un père beau et une mère surdouée … et bien il sera soit drogué soit viendra au monde dans un famille fauché (ou lui même le deviendra bien assez tôt).
Poussons le suspens encore plus loin, la famille est riche et l’enfant correct, les parents vont obligatoirement vouloir tenter une nouvelle expérience et … patatra ! Il feront un deuxième gosse qui sera soit un Stephen Hawking (pour qui j’ai extrêmement de respect) soit … une Nabila-2-le-retour (et pouf ! Fin du monde immédiate). Mais bon je leur conseillerait quand même d’arrêter là, au risque de se retrouver avec un mélange d’Abdoulaye Wade et de Snooki (pour laisser Nabila se reposer pour une fois). L’AET ne ment pas … et vous n’y échapperez pas.

 

67589_181260382027155_339051181_nKate_Upton_206tais-araujo-2007

Savez-vous ce que je me dis à chaque dois que je vois ces femmes ? “OMG, elle sont trooooop belles … mais il y a forcement quelque chose qui cloche, l’AET ne ment pas !!”

 

Si vous avez de beaux exemples de l’AET, vous pouvez en parler en commentaires ou me les envoyer (je pourrais en faire une compilation).

Allez bien le bonsoir à vous … restez sur vos gardes … l’AET guète.

Pourquoi ça pue quand on pète ?

Vous vous souvenez surement de mon article sur le paradoxe des toilettes (qui est « bizarrement » devenu l’article le plus lu de mon blog) ? Alors je suis tombé sur l’article d’une bloggeuse qui est une très bonne extension de mon article (sinon le complément idéal).

http://missayodele.com/2013/06/12/pourquoi-ca-pue-quand-on-pete/

[Je ne suis responsable et garant d’aucune phrase présente dans cet article, je ne fais que relayer]

Virtuels jusqu’au bout …

“Superstitieux et âmes sensibles s’abstenir (pour de vrai)”

[Cet article est surement le plus personnel que je n’ai jamais écris, il n’est pas sensé vous faire sourire et les enchainements logiques peuvent vous sembler totalement inhabituels]

Haired

je suis malade depuis deux jours (officiellement d’une crise de paludisme), et hier en allant me coucher je me suis mis à penser à une chose intrigante.

Avant de vous exposer le contenu des mes pensées tumultueuses, essayons d’introduire l’histoire par de petits exemples.

 

 

J’ai un ami qui (surement comme plusieurs personnes) a un Smartphone, un ordinateur portable personnel, un ordinateur de bureau personnel et une tablette, le parfait citoyen de 2013 en quelques sorte. En plus de tous ces appareils, il est présent sur la plupart des réseaux sociaux et services internet : Facebook ( plus de 400 amis) , Twitter (une centaine de followers), 3 boites mails etc. Jusque là, rien de très surprenant, tous ces appareils sont tous verrouillés par des mots de passes hyper compliqués, impossible à deviner, des verrouillages dédiés à chaque application “sensible” (photos, vidéos, SMS, contacts …). Alors évidemment, il est “socialement” très actif; il discute régulièrement avec tous ses amis échange des photos, des liens, des articles … je pense que beaucoup d’entre vous se reconnaitrons surement.

Je vous explique maintenant pourquoi j’ai parlé de cet ami; on a beaucoup de points en commun sauf les faits que je n’ai qu’un ordinateur portable et un Smartphone (oui, oui c’est bel et bien vrai, ne soyez pas surpris) et que sur mon Smartphone je n’ai pas de mot de passe de déverrouillage (en plus j’ai désactivé le code pin au démarrage du téléphone). Pourquoi? Parce que j’ai la paresse de le saisir à chaque fois que je veux déverrouiller mon téléphone …

 

Maintenant revenons au sujet de cet article (je sais, je suis un peu long et lourd cette fois ci, mais tenez bon). En allant donc me coucher hier soir, je me suis posé cette question : “Si je meurs pendant la nuit, comment est ce qu’on avertirais mes amis et connaissances (si on met à part la page nécrologique dans les journaux, d’autant plus qu’aucun de mes contacts ne lis ces pages) ?”.

Cela peut sembler macabre (ou idiot) comme question, mais réfléchissez bien:

  • Mon compte Facebook est protégé par mot de passe ainsi que mon ordinateur
  • Mon compte Twitter l’est tout autant
  • L’ensemble de mes contacts mails se trouvent dans mon client Outlook qui est aussi dans ma session Windows …
  • Supposons que j’ai verrouillé mon téléphone comme mon ami cité plus haut, il serait impossible d’avoir accès à mon répertoire d’amis
  • Même en ayant accès à mon répertoire, il serait difficile de retrouver mes meilleurs amis parce que leurs noms se sont pas écrit “en clair” (on a des noms comme Vapou Eloi, Magloire, Driver, MI TTP … enfin vous voyez le genre).
  • En plus je n’habite plus le même quartier, mes parents ne connaissent pas les maisons de mes proches amis de l’ancien quartier, dans ce nouveaux quartier je n’en ai aucun qu’ils connaissent
  • Et pour couronner le tout, je suis le seul à avoir le numéro de téléphone de “mes” amis (ce qui peut sembler logique après tout)

 

Vous commencez à y voir un peu plus clair ? Je me dis que finalement les seul moyens les plus simple qu’ils auront pour informer “mes amis et connaissances” seront :

  • Se rendre à mon boulot physiquement pour informer mon patron
  • Publier eux même sur leur compte Facebook en me marquant et espérant qu’un de mes contacts voit leurs publications (Bon ça tombe mal,j’ai désactivé mon compte Facebook pour quelques temps et ils [ma famille] ne sont pas trop Fb).

 

Evidemment tout ceci est grandement alarmiste et un peu exagéré, puisqu’on trouvera bien un(e) cousin(e) ou un ami qui pendrait de mes nouvelles à qui on pourrait donner la nouvelle (comme on dit chez nous , mauvaise nouvelle reste pas caché longtemps). Mais je me suis rendu compte combien dans notre monde “Connecté” et “ouvert”, tout reste tellement … virtuel, éphémère et caché.

Pour les autres tout le monde le sait, par contre on ne se rend absolument pas compte à quel point on se “cache” (ou du moins on pense se cacher). Nous avons une tonne de connaissances qui ne servent pour la plupart qu’a passer son ennui, des amis que nous sommes seuls à connaitre (c’est vraiment devenu un péché que ses parents, et même ses frères, demandent qui est tel ou tel ami …). Cette liberté, cette indépendance revendiquée par tous ne devient finalement qu’un isolationnisme excessif. On ne parle plus de nos problèmes et soucis en famille (ou même entre amis), on préfère en parler “en parabole” sur nos comptes de réseaux sociaux … 

Je me rappelle de l’histoire d’un scout qui avait disparu, ses parents alarmés ne savaient absolument pas par où commencer à chercher, puisqu’il n’avaient aucun contact d’aucun de ses amis. Tout ce qu’ils ont pu faire était d’appeler le premier numéro de chef scout qu’ils ont retrouvé sur un vieux courrier adressé aux parents scouts. Essayez d’imaginer ce que ca fait d’être le seul espoir pour des parents de retrouver leur enfant … heureusement la “battue” générale organisée par l’ensemble des chefs a porté ses fruits.

Bon finalement, je ne suis pas mort pendant la nuit, je me suis réveillé un peu moins malade (ce qui m’a permis d’écrire) mais avec une vision un peu plus différente de mes connexions sociales. Comme dit plus haut, j’ai désactivé mon compte Facebook il y a quelques jours pour une raison (ou un chalenge) : je veux voir combien de temps je peux tenir sans, et surtout qu’est ce que ca change de ne plus avoir de compte Fbk. Pour tout vous dire, je me sens comme un fumeur en manque, j’ai l’impression que le monde bouge dans mon dos et que je serai dépassé à mon retour. Mais c’est une belle expérience quand même Sourire.

 

Pour terminer, Facebook et Cie ce n’est pas totalement le mal, c’est même assez pratique, c’est juste qu’il faut savoir mixer relations normales et virtuelles. Le virtuel permet notamment de parler facilement de choses sensibles à ses connaissances (chose qui est souvent difficile en face à face), mais le piège, c’est qu’il faut parler à des gens et non pas à son mur (ou son profil, timeline etc.).

 

Merci d’avoir tenu jusqu’à la fin et à bientôt (si je ne meurt pas évidement Rire ).

La vie urbaine–Abidjan–Part 3

Dans les maquis

« Un maquis est un espace plus ou moins bien aménagé, ou l’on sert essentiellement de l’alcool de tout genre. Les sièges sont le plus souvent des chaises en caoutchouc et les tables de simples tables en bois.

Un maquis peut avoir ou non un DJ, être fait de planches de bois ou de briques, en clair la position et le cadre importe en général très peu.  »

Marquis Poro, San Pedro, Cote d'Ivoire.

 

Bon le cadre étant décrit (en complément de l’image) on pourrait se demander pourquoi ai-je choisi de parler d’un établissement qui n’a que pour seul but de vendre le maximum d’éthanol et de rendre le plus de personnes accro (n’en déplaise à tous les gérants de maquis, c’est bel et bien la vérité ) ? La réponse est très simple : les maquis sont tout simplement un élément identitaire de la vie urbaine ivoirienne, rien que ça. Par contre ce récit risquant de devenir rapidement ennuyeux, je vais vous relater quelques-uns des faits qui me font le plus marrer.

  • Mais qui sont donc tous ces alcooliques ?

Très belle question (intelligente en plus )! En lisant la description d’un maquis on pourrais se dire que ce sont des établissements mal famés pleins de délinquants (auquel cas vous avez déjà commencé à vous poser des questions sur moi Rire), mais en fait ce n’est absolument pas (ou plus ) le cas. On rencontre un peu tout le monde dans les maquis : professeurs, étudiants , ingénieurs (sisi je vous assure) , chômeurs ( Bah ouais pourquoi pas), brouteurs (évidement) , femmes (égalité des genres oblige) et mineurs (ca peut choquer mais bon, tant qu’ils ont de quoi payer …) etc.

Bon on est d’accord ils ne sont pas tous alcooliques, du moins ils ne sont pas récidivistes .

  • On y vend quoi ?

Pratiquement toute sorte de boissons, de la bière au soda. Bon ça c’est dans la théorie, mais dans la pratique la plupart des gens y vont pour boire de la bière : des blondes, des brunes (des blacks ? …), du Vin (évidemment pas de grand crus) et  ceux qui boivent du Coca ou du Fanta sont assez rares. Par contre on n’ y vend presque jamais de la liqueur (situation géo-économique oblige, je suppose) sauf dans de grand maquis qui se rapprochent des Night Club

  • Du coup c’est quoi la différence avec une boite de nuit ?

Déjà on a le mot “nuit” (les experts me diront que les boites de nuits organisent aussi des matinées mais enfin bon …). Les maquis sont ouverts généralement entre 14h et 04h du matin et comme indiqué plus haut, prennent place dans pratiquement toute sorte d’endroits. Certaines personnes à …(Bon je ne vais pas citer cette fameuse commune, mais les habitants se reconnaitront) transforment une partie de leur maison en maquis, à tel point que vous pouvez en pleine séance de gnole apercevoir un jeune homme serviette à la taille allant prendre une douche …

La cible  des maquis est aussi diverse que possible. On peut y venir pour un court instant le temps de boire une “Grosse Bière”. Je disais plus haut que les maquis n’offrent généralement pas de liqueur, en grande partie parce que ces boissons sont trop chères pour le commun des maquisards. La grande particularité d’un maquis est surtout le fait que c’est un établissement de proximité, en effet on y rencontre toujours les même personnes du quartier (je dirais même plus, les même personnes !). Dans les grands maquis qui accueillent des saoulards de tous horizons, on a souvent un DJ qui fait des atalaku. Les atalakus sont des éloges à l’endroit de certaines personnes principalement dans le but de stimuler le travaillement (c-a-d jeter des billets de banque sur le DJ) de la part du spoté (celui qui reçoit les éloges), ces atalaku sont presque toujours sensé être en Lingala (langue de RD Congo) mais pour vous dire vrai … moi j’ai souvent l’impression d’entendre des gens envoutés par un esprit malin venant da la Papouasie Nouvelle Guinée …

Pour terminer cette comparaison, les maquis n’ont généralement pas de piste de dance, pas de miroir. Pour danser c’est très simple : vous pousser votre chaise et esquissez des pas de danse “localement” (Bon on est d’accord que ce n’est pas pratique pour faire du Gangnam Style) et plus la magie de l’éthanol agira sur les maquisards et plus le maquis tout entier se transformera en gigantesque piste de danse … à partir de là, “le show est show”. Ah j’oubliais, dans les maquis il n’y a pas de climatisation … vous imaginez donc aisément l’ambiance avec une bonne cinquantaine de personnes entrain de danser, l’odeur de l’alcool, les différents parfums corporels, la sueur des hommes virils (et des femmes aussi quand même … il y en a de virilEs ) et finalement la moitié des hommes se mettent torse nu (si les filles pouvaient aussi le faire, le bonheur ne serait qu’a son summum … mais c’est une autre histoire).

  • Alors t’es plutôt maquis ou Boite

Question piège Rire ! Personnellement je trouve que les gens qui vont en boite de nuit y vont pour faire le malin, du coup il est un peu difficile de voir des gens se défouler. Chose qui, dans les maquis est toujours présente (en général vers 02h du mat, c’est le zénith de l’explosion de joie); les gens boivent un peu plus (normal c’est moins cher), se lâchent beaucoup plus (normal quand on boit beaucoup) et à un moment n’en n’ont plus rien a foutre de leur style (littéralement hein).

LE signe distinctif des maquis sans aucun doute “la scène de crime”. C’est le nom que j’ai donné à une habitude des maquisards, ils ne veulent pas qu’on débarrasse la table quand le contenu des bouteilles est terminé. Du coup on se retrouve avec une vingtaine de bouteille vides sur la table qui représentent le tableau de chasse des occupants de la table, avertissement à tout nouvel arrivant dans le maquis “Ici c’est nous on gère !!”

 

Alors n’étant pas un grand habitué de ces établissements (je ne suis qu’un bon observateur, croyez moi), je suppose que VOUS avez des remarques d’experts, n’hésitez pas.

La vie urbaine urbaine – Abidjan – Part2

La philosophie du bus

Si vous n’avez jamais pris le BUS à Abidjan, je tiens a vous préciser que “le Bus” ne désigne pas que le moyen de transport en commun, mais toute la philosophie de vie qui l’entoure. Alors aujourd’hui je vais vous énoncer certains de ces concepts.

– Le bus n’est jamais plein : c’est sans doute la plus célèbre des citations autour du bus. Entendez par la que tant que la porte du Bus ne s’est pas refermée, on peut toujours y faire entrer des gens (et souvent on y entre par tous les moyens possibles). Si cela vous scandalise, c’est que vous n’avez jamais vu un Bus à Abidjan, mais voici une petite image pour vous donner un aperçu du genre de choses dont je parle.

– C’est le bus ohhhh : ah celle la c’est ma préférée, comme je vous ai di précédemment les bus sont souvent plein a craquer, imaginer donc cet engin au bord de l’implosion, lancé a toute vitesse, prendre un virage serré … on a franchement l’impression d’être poussé par une force extérieure et mystique, et ceux qui se retrouvent du mauvais coté se font presque écraser (mais en général ils sont assez forts pour rester en vie Rire ) par les autres qui se laissent aller sans retenue aucune (si ça ce n’est pas de la sorcellerie moderne …). Et souvent quand vous entendez du fond du bus “pardonnez les gars ne m’écrasez pas “, il y a toujours une réponse immédiate “ c’est pas nous ohhhhh, c’est le bus “. C’est encore plus drôle (ou affligeant, c’est selon…) quand tout le monde répond en cœur.

– Chauffeur il s’amuse : Ca franchement c’est le summum de la sorcellerie urbano-ivoirienne. Pour que vous compreniez bien, sachez que nos bus n’ont pas tous de bouton de demande d’arrêt qui sont fonctionnels, et avec toute la “population” présente dans le bus, le seul moyen de prévenir le conducteur du bus que l’on descend est de crier très fort ‘”chauffeur ça descend” [par contre je n’ai toujours pas compris pourquoi certains crient “ça descend” au lieu de dire “je descends” ou “on descend”, c’est vrai qu’on peut être descendant du singe, mais de là à se considérer comme une chose … enfin bon, les gouts et les couleurs … ].

Alors très souvent (surtout si c’est un bus plein de lycéens), les autres dans le bus crient encore plus fort “Chauffeur il s’amuse, c’est mon ami, c’est comme ça il est”. Et en règle (très) générale, le chauffeur préfère “virer” l’arrêt. Et le malheureux est donc obligé de descendre plus loin (beaucoup plus loin même certaines fois).

– Le barré : je ne sais pas si ca existe partout, mais chez nous il y a un type de ligne de bus qu’on appelle le barré (parce qu’en fait, la pancarte indiquant le numéro du bus est barrée d’un trait) et sa spécificité est qu’il n’a pas d’arrêt intermédiaire. Il démarre à un arrêt et s’arrête à la destination finale. jusque la rien de spécial, mais là où ca devient intéressant c’est quand on ne sait pas que c’est un barré … cela arrive pour trois raisons en général :

*  Soit on a vu le numéro mais pas le trait qui le barre (erreur de vision)

*  Soit la priorité était de luter pour avoir une place et donc on n’a pas fait attention, on ne s’en rendra compte que quand le bus dépassera votre arrêt pour vous laisser 10 kilomètres plus loin (erreur d’empressement)

* Soit sur la pancarte c’est bien écrit “ 11 “, mais qu’en réalité il s’agit d’un “11 barré”. Dans ce cas il s’agit du chauffeur qui par oubli (ou sorcellerie aussi …) n’a pas changé la pancarte (poisse intergalactique, parce que ce cas la est extrêmement rare).

– Les noms : comme vous pouviez vous y attendre venant d’un histoire ivoirienne, on a plein de pseudos pour le Bus (vous pouvez compléter en commentaires si vous en avez d’autres) :

  • le Gbamé, le Goumé, le Bas (prononcé en anglais ghanéen Rire) , la casserole (pour certains vieux bus), la baladur (bon la on m’a dit que c’était la marque de certains vieux bus, mais je n’ai pas vérifié)  … bon franchement j’ai oublié les autres (depuis le temps … Clignement d'œil ).

Il y a évidemment d’autres concepts, mais je me limiterai à ceux ci qui sont mes préférés. Me concernant j’ai pris régulièrement le bus pendant environs 2 ans et sur l’une des lignes les plus compliquées : Adjamé – Bingerville. C’est franchement une expérience unique en son genre.

Mon souvenir préféré restera le jour ou j’ai poursuivi le bus pendant 5 minutes pour y entrer de force avec deux autres amis (parce que le conducteur avait viré tous les arrêts ou attendaient les élèves de mon lycée de garçons). Le chauffeur nous avait demandé de descendre, on lui a dit “jamais, donc si tu es trop fâché faut arrêter ton bus et puis nous tous on restera à Bingerville ici “. Il n’a rien dit et a continuer a rouler jusqu’a son arrêt qui était en fait …  Le lycée de filles de Bingerville ! Imaginer 3 mecs dans un bus plein, un bus de filless, pendant 45 minutes …

La vie urbaine – Abidjan – Part 1

Dans le gbaka
Un Gbaka

Le Gbaka national

A Abidjan les gbaka sont des moyens de transport en commun, ce sont des mini cars (principalement de marque Toyota) dépouillés de tout confort et de fraicheur originel.

Maintenant qu’on est tous au même niveau d’information, j’aimerais attirer votre attention sur une pratique aussi curieuse que fréquente. En règle générale (dans tout ce qui est transport en commun) les gens ne se saluent presque jamais, qu’on soit vieux, adulte ou enfant, on s’assied juste et on prie son Dieu pour espérer arriver à destination (avec l’état de ces voitures et des conducteurs qui se croient dans un jeu vidéo, il y a de quoi…). Par contre il arrive certaines fois ou les salutations arrivent avec le sourire :

  • Quand on s’assied prêt d’une belle fille (ou d’un beau mec) : alors là on ne va pas vous forcer hein, on monte dans le gbaka le visage séré et on aperçoit un canon près de notre place ; changement de mine, voix la plus belle dévoilée : Bonjouuuur. Alors évidemment on évite le Madame ou Mademoiselle, pour ne pas gâcher ses chances sur une banale histoire de terme (eh oui, les femmes c’est très susceptible au sujet du statut matrimonial). Bon je vous épargne la suite du parcours (Beh ouais on n’est pas là pour ça :P).
  • Quand on vous aide à déplier le siège gênant dans l’allée : Bon pour ceux qui n’ont jamais vu l’intérieur d’un gbaka, il y a des petits sièges dépliables dans l’allée qui sont en général tordu et donc difficile à déplier pour s’asseoir. Et dans ce cas-ci, on dit bonjour à celui qui viens de vous aider (par pure politesse et intelligence, bien que ce ne soit pas des valeurs partagées par la plupart des gens …). Mais certains n’en n’ont rien à faire de votre gentillesse et s’asseyent gaillardement sans même un petit merci.
  • Quand vous aidez une belle fille (ou un mec, mais là c’est plus rare, allez savoir pourquoi …) : bon c’est le même principe que le point précèdent, sauf que là c’est vous dans le rôle du sauveur. Et le plus marrant dans ce cas, c’est qu’en général c’est vous qui dites le bonjour en premier, vous êtes même prêts à anticiper le merci par un « c’est rien » (on fonce dans l’exagération là :D).
  • Quand vous êtes programmés pour le faire : comme moi :D, dès que je monte dans un gbaka (ou tout autre transport), je lance machinalement un Bonjour. En général les gens qui font ça, se frustrent toujours quand on ne leur répond pas. Moi je m’en fous complètement, de toute façon le Bon-Jour est rarement sincère alors ils peuvent se le garder.

Ceci est la première partie d’une série d’articles sur la vie Urbaine à Abidjan, j’espère en pas être trop occupé pour écrire souvent J Bien le bonsoir.

Les maitres de maison

Salutations au peuple, cela fait quelques semaines que je n’ai plus rien publié par ici, rassurez vous je suis encore vivant. En fait j’ai écris quelques articles, mais j’ai jugé qu’ils n’étaient pas très politiquement corrects, je les ai donc jeté à la poubelle (corbeille si vous voulez). J’étais aussi occupé à autre chose que raconter des conneries (oui, oui j’ai une autre vie).

Alors revenons au titre de cet article « les maitres de maison ». Ca n’a absolument rien à voir avec cette histoire de loi sur le chef de famille qui agite la population ivoirienne depuis quelques semaines (je pense que je ne vais même pas me risquer à en parler, ma peau tient à rester étanche), mais je parle plutôt des répétiteurs (comme on les appelle aussi).

Pour ceux qui ne voient pas trop de qui je parle, il s’agit de personnes qui se proposent d’être un genre de professeur particulier pour vos enfants, à la seule différence qu’ils n’ont pas pour rôle d’apprendre à vos enfants, mais plutôt celui de les faire réviser et maitriser les notions déjà vues en classe.

Maintenant que nous sommes tous au même niveau d’information (comme aiment dire mes compatriotes), certains, sinon tous, se demandent ce que je veux donc à ces « maitres de maison » ? Rassurez-vous une fois de plus, rien de très méchant ….

Mais … oui, avec moi vous avez l’habitude, il y a toujours un mais :D. Mais (je répète), j’ai remarqué qu’on a deux types de répétiteurs par ici : Les répétiteurs Mono-élèves et les Multi-élèves.

Les Mono-élèves

Ce sont ceux qui encadrent (on va ne pas dire enseigner, par soucis d’humilité pour eux) un seul élève au même moment, c’est-à-dire qu’ils se rendent chez leur élève pour faire leur job. Cela n’empêche pas qu’ils aient plusieurs différents élèves qu’ils visitent chacun à leur tour. Ceux-ci sont moins dangereux, parce que vous avez la possibilité de voir en « real-time » ce qu’ils font avec votre enfant et ca évite aussi qu’ils ne se mettent à punir votre fils ou fille (ils peuvent très bien le faire, mais je pense qu’ils sont encore suffisamment sensés). Malheureusement une bonne partie se transforme en « livre de maths sur pieds », c’est-à-dire qu’ils se contentent de donner des exercices (qui la plupart du temps sont dans le livre de l’élève), de les corriger et de se tirer chez un autre élève. Le pire c’est quand ils sortent après avoir donné l’exercice, et reviennent une trentaine de minutes plus tard pour juste le corriger … Soyons sérieux, on a besoin de payer quelqu’un pour faire ca ? Surtout que rien n’indique que ca correction est juste (c’est là que ce trouve le palabre même !). Vraiment je suis heureux que mes parents aient eu la révélation divine de ne jamais m’en imposer, sinon je sens que ca allait se terminer dans une bagarre générale tripartite (moi – prof –parents) un de ces soirs.

Autres chose, est ce que vous avez remarqué qu’ils viennent toujours à des heures bizarres uniquement pour gâcher vos bons moments : mardi, mercredi à 18h45 (jours de foot européens), dimanche 14h30 (heure de paresse interplanétaire). Mais bon n’ayant pas fait de statistiques, je suppose que certains d’entre eux font bien leur travail (… j’espère).

 

Les Multi-élèves

Eux, franchement, ce sont les plus énervants (oui, rien qu’à les voir j’ai de l’urticaire). Ils encadrent à la fois 3,4, même 10 élèves en même temps, et souvent de niveaux totalement différents ; un de 5e, deux de cp2, deux de Cm2, un en 3e

Quand vous les voyez avec les enfants en question, c’est carrément n’importe quoi, tout est écrit sur le même tableau, ils donnent les exercices en série (là ca devient « Un Terminator d’exercices de maths sur pieds » carrément). Et évidemment pour avoir autant d’enfants, il faut un cadre plus grand, donc le « maitre » utilise très souvent les locaux des églises du quartier (dont le plus souvent il fait partie, comme ca on le laisse tranquille) ou dans le pire des cas il le fait quelque part dans le quartier (imaginez …). Il n’est pas rare de voir dans les paroisses catholiques, des « tas » d’enfants, chacun sous la responsabilité d’un « maitre » différent.

La cerise sur le gâteau, ils se permettent le plus souvent de punir physiquement les enfants : pompes, coups dans les mains, vous voyez le tableau. Quand j’en vois je me dis toujours la même chose : « on t’a fais tout ca quand tu étais petit, tu es arrivé ou même, c’est pour venir être maitre en herbe ». Je me souviens avoir eu une altercation avec un de ces messieurs, une de ces élèves pleurait et le type lui demande de réciter sa table de multiplication par 7. Déjà que c’est la table la plus … musclée, ce n’est pas en pleurant qu’elle va réussir. N’en déplaise à certains d’entre vous, je n’ai jamais été convaincu de l’efficacité de la chicote dans l’apprentissage ; soit l’élève en avait peur et abandonnait l’école pour de bon, soit il résistait et devenait un genre de caïd qui n’a peur de rien (quoique un caïd puisse réussir dans la vie, je doute fort que ce soit grâce à la chicotte).

 

Pour ma part je n’ai jamais eu de maitre de maison a aucun moment de ma vie, et j’ai toujours refusé aussi les cours de renforcement que je considérais comme un affront à ma capacité à assimiler rapidement – sauf au CE2 ou je faisais des cours de mercredi pour une toute autre histoire (mon pote Edi doit surement savoir pourquoi XD) – et je connais un bon paquet de personne qui ont réussi sans.

Je pense surtout que c’est aux parents de savoir ce que ces « maitres » font avec leurs enfants, et surtout qu’ils évaluent l’apport significatif de ces cours sur le travail de leurs progénitures (bon à moins qu’ils s’en foutent aussi …).

[Je reconnais que l’image de début est très éloignée du ton de l’article, mais il fallait bien vous attirer. Allez à bientôt (j’espère)].

La danse dans les pubs ivoiriennes

Je sais que certains vont encore dire que je passe mon temps à critiquer … et oui, ca sert à ca d’avoir un esprit critique ^^. Je ne sais pas pour vous, mais franchement j’en ai ma tasse de toutes ces pubs (ivoiriennes) à la télévision où l’on ne fait que danser, pour un oui ou pour un non !

Il y a une pub qui m’a franchement fait *** ; une pub pour du lait en poudre ou l’on nous présente un monsieur nageant dans un immense bonheur après avoir bu ce lait, à tel point qu’il « se permet » d’envoyer des décharges (au sens littéral, comme Zeus) sur les gens qu’ils trouvent pas assez heureux. Et dans son périple de distributeur de bonheur ambulant (n’oublions pas aussi qu’il marche en dansant le mec) qu’il croise sur son chemin un vieux monsieur qui a toutes les peines du monde à marcher, il lui lance alors sa foudre de bonheur et devinez le premier reflexe du vieux : il se met à enchainer des pas de danse quelque peu exotériques (j’avoue avoir pensé qu’il s’agissait d’une danse bété, mais finalement ces pas ne sont pas dans mon répertoire). Alors je vais essayer de vous expliquer le sens de cette scène. On veut nous dire tout simplement que ce qui manquai le plus à ce vieux était le fait de ne plus pouvoir danser à cause de ses douleurs au dos … soyons sérieux chers amis !!

lessive

Cette pub existe déjà depuis assez longtemps c’est vrai, mais ce qui m’a poussé à écrire cet article est un autre article (oui les rimes c’est mon truc ^^) paru dans un journal avant-hier ou une responsable d’organisation féminine (ou féministe) critiquait une autre publicité, cette fois il s’agissait d’une publicité de lessive. Et on y voit très clairement que les femmes présentes dans cette scène de lessive collective se mettre à chanter en cœur et à danser (encore des danses curieuses) juste parce que cette « nouvelle » lessive … sent extrêmement bon. Alors la responsable (féminine ou féministe) décriait le fait qu’on montre ces femmes comme étant relativement … limitées (au point d’exprimer une telle joie pour une simple senteur de lessive). J’avoue que pour tout le respect que je porte aux mères de ce beau pays, je suis extrêmement d’accord avec elle.

J’espère vraiment que parmi mes lecteurs se trouvera un spécialiste de la publicité pour qu’il m’explique la portée épique de toutes ces danses, parce que la j’avoue que c’est se foutre de notre propre ****. Je veux bien que dans des pubs isolées on fasse ce genre de … « trucs », mais que ca se généralise dans presque toutes les pubs, la je dis non !

Je vais vous donner un dernier exemple, comme on dit chez nous « c’est le LAST » ; cette fois ci c’est à la radio qu’elle passe cette pub et il s’agit vraisemblablement de la même lessive (ils mériteraient bien une descente musclée cette agence de communication). La c’est extrêmement choquant, on y entend une petite fille qui appelle sa mère et lui demande « Maman tu es en train de faire de la lessive ? » Et la mère répond par l’affirmative, et c’est la que « tout se gâta » … la fille fière (surement) de sa mère dit en criant « je comprends tout maman, c’est pour ca que tout le quartier est en train de chanter et danser devant notre maison ». Jugez de vous-même cette aberration radiophonique. Laissez-moi vous expliquer une fois de plus : alors dans leur quartier ils y a un paquet de personnes qui n’ont aucune occupation (bien que nous soyons dans un PPTE, c’est pas une raison) et qui, au lieu d’aller prier le Seigneur (au moins ça) pour qu’il leur trouvent un job, se mettent à danser pour une senteur de lessive ? Non ! Non ! Non ! Non ! Non ! Je crie à l’abrutissement du peuple ivoirien, à la conspiration intergalactique …

Ecoutez, pour moi la solution est simple, si on n’est pas capable de faire des pubs attractives ou suffisamment intelligentes, on peut se limiter à de la réclame comme cela se faisait dans le temps. La danse et les pitreries dans les pubs ca passe quand c’est intelligent, comme par exemple dans cette pub qui suit devenue culte.

Celle ci, moi je l’adore !!

 

Vous aimez mes articles et mon style ? Abonnez vous à ma page Facebook et recevez un Nokia Lumia 520 (à sa sortie Smile with tongue out)