Archives du blog

La vie urbaine – Abidjan – Part 1

Dans le gbaka
Un Gbaka

Le Gbaka national

A Abidjan les gbaka sont des moyens de transport en commun, ce sont des mini cars (principalement de marque Toyota) dépouillés de tout confort et de fraicheur originel.

Maintenant qu’on est tous au même niveau d’information, j’aimerais attirer votre attention sur une pratique aussi curieuse que fréquente. En règle générale (dans tout ce qui est transport en commun) les gens ne se saluent presque jamais, qu’on soit vieux, adulte ou enfant, on s’assied juste et on prie son Dieu pour espérer arriver à destination (avec l’état de ces voitures et des conducteurs qui se croient dans un jeu vidéo, il y a de quoi…). Par contre il arrive certaines fois ou les salutations arrivent avec le sourire :

  • Quand on s’assied prêt d’une belle fille (ou d’un beau mec) : alors là on ne va pas vous forcer hein, on monte dans le gbaka le visage séré et on aperçoit un canon près de notre place ; changement de mine, voix la plus belle dévoilée : Bonjouuuur. Alors évidemment on évite le Madame ou Mademoiselle, pour ne pas gâcher ses chances sur une banale histoire de terme (eh oui, les femmes c’est très susceptible au sujet du statut matrimonial). Bon je vous épargne la suite du parcours (Beh ouais on n’est pas là pour ça :P).
  • Quand on vous aide à déplier le siège gênant dans l’allée : Bon pour ceux qui n’ont jamais vu l’intérieur d’un gbaka, il y a des petits sièges dépliables dans l’allée qui sont en général tordu et donc difficile à déplier pour s’asseoir. Et dans ce cas-ci, on dit bonjour à celui qui viens de vous aider (par pure politesse et intelligence, bien que ce ne soit pas des valeurs partagées par la plupart des gens …). Mais certains n’en n’ont rien à faire de votre gentillesse et s’asseyent gaillardement sans même un petit merci.
  • Quand vous aidez une belle fille (ou un mec, mais là c’est plus rare, allez savoir pourquoi …) : bon c’est le même principe que le point précèdent, sauf que là c’est vous dans le rôle du sauveur. Et le plus marrant dans ce cas, c’est qu’en général c’est vous qui dites le bonjour en premier, vous êtes même prêts à anticiper le merci par un « c’est rien » (on fonce dans l’exagération là :D).
  • Quand vous êtes programmés pour le faire : comme moi :D, dès que je monte dans un gbaka (ou tout autre transport), je lance machinalement un Bonjour. En général les gens qui font ça, se frustrent toujours quand on ne leur répond pas. Moi je m’en fous complètement, de toute façon le Bon-Jour est rarement sincère alors ils peuvent se le garder.

Ceci est la première partie d’une série d’articles sur la vie Urbaine à Abidjan, j’espère en pas être trop occupé pour écrire souvent J Bien le bonsoir.

Publicités

La danse dans les pubs ivoiriennes

Je sais que certains vont encore dire que je passe mon temps à critiquer … et oui, ca sert à ca d’avoir un esprit critique ^^. Je ne sais pas pour vous, mais franchement j’en ai ma tasse de toutes ces pubs (ivoiriennes) à la télévision où l’on ne fait que danser, pour un oui ou pour un non !

Il y a une pub qui m’a franchement fait *** ; une pub pour du lait en poudre ou l’on nous présente un monsieur nageant dans un immense bonheur après avoir bu ce lait, à tel point qu’il « se permet » d’envoyer des décharges (au sens littéral, comme Zeus) sur les gens qu’ils trouvent pas assez heureux. Et dans son périple de distributeur de bonheur ambulant (n’oublions pas aussi qu’il marche en dansant le mec) qu’il croise sur son chemin un vieux monsieur qui a toutes les peines du monde à marcher, il lui lance alors sa foudre de bonheur et devinez le premier reflexe du vieux : il se met à enchainer des pas de danse quelque peu exotériques (j’avoue avoir pensé qu’il s’agissait d’une danse bété, mais finalement ces pas ne sont pas dans mon répertoire). Alors je vais essayer de vous expliquer le sens de cette scène. On veut nous dire tout simplement que ce qui manquai le plus à ce vieux était le fait de ne plus pouvoir danser à cause de ses douleurs au dos … soyons sérieux chers amis !!

lessive

Cette pub existe déjà depuis assez longtemps c’est vrai, mais ce qui m’a poussé à écrire cet article est un autre article (oui les rimes c’est mon truc ^^) paru dans un journal avant-hier ou une responsable d’organisation féminine (ou féministe) critiquait une autre publicité, cette fois il s’agissait d’une publicité de lessive. Et on y voit très clairement que les femmes présentes dans cette scène de lessive collective se mettre à chanter en cœur et à danser (encore des danses curieuses) juste parce que cette « nouvelle » lessive … sent extrêmement bon. Alors la responsable (féminine ou féministe) décriait le fait qu’on montre ces femmes comme étant relativement … limitées (au point d’exprimer une telle joie pour une simple senteur de lessive). J’avoue que pour tout le respect que je porte aux mères de ce beau pays, je suis extrêmement d’accord avec elle.

J’espère vraiment que parmi mes lecteurs se trouvera un spécialiste de la publicité pour qu’il m’explique la portée épique de toutes ces danses, parce que la j’avoue que c’est se foutre de notre propre ****. Je veux bien que dans des pubs isolées on fasse ce genre de … « trucs », mais que ca se généralise dans presque toutes les pubs, la je dis non !

Je vais vous donner un dernier exemple, comme on dit chez nous « c’est le LAST » ; cette fois ci c’est à la radio qu’elle passe cette pub et il s’agit vraisemblablement de la même lessive (ils mériteraient bien une descente musclée cette agence de communication). La c’est extrêmement choquant, on y entend une petite fille qui appelle sa mère et lui demande « Maman tu es en train de faire de la lessive ? » Et la mère répond par l’affirmative, et c’est la que « tout se gâta » … la fille fière (surement) de sa mère dit en criant « je comprends tout maman, c’est pour ca que tout le quartier est en train de chanter et danser devant notre maison ». Jugez de vous-même cette aberration radiophonique. Laissez-moi vous expliquer une fois de plus : alors dans leur quartier ils y a un paquet de personnes qui n’ont aucune occupation (bien que nous soyons dans un PPTE, c’est pas une raison) et qui, au lieu d’aller prier le Seigneur (au moins ça) pour qu’il leur trouvent un job, se mettent à danser pour une senteur de lessive ? Non ! Non ! Non ! Non ! Non ! Je crie à l’abrutissement du peuple ivoirien, à la conspiration intergalactique …

Ecoutez, pour moi la solution est simple, si on n’est pas capable de faire des pubs attractives ou suffisamment intelligentes, on peut se limiter à de la réclame comme cela se faisait dans le temps. La danse et les pitreries dans les pubs ca passe quand c’est intelligent, comme par exemple dans cette pub qui suit devenue culte.

Celle ci, moi je l’adore !!

 

Vous aimez mes articles et mon style ? Abonnez vous à ma page Facebook et recevez un Nokia Lumia 520 (à sa sortie Smile with tongue out)