Archives du blog

Le suis-je ?

qui-suis-je-penseur-rodin

Vendredi, 19h45, Loyd comme à son habitude courait dans les escaliers de son immeuble en criant « vite, vite, vite, vite ». Ses voisins du bâtiment en avait l’habitude, et vu qu’il était sympathique, commençaient à trouver cette tradition drôle. Ce qu’ils ne savaient pas, par contre, c’est que Loyd criait ainsi parce qu’il avait une très grosse envie … d’uriner … tous les soirs. Ceci parce qu’il prenait la fâcheuse habitude de boire beaucoup d’eau avant de quitter le boulot et « grâce » aux monstrueux embouteillages de la ville, l’envie d’uriner finissait par le rattraper.

« Enfin au bercail, pitainnnn, ça a failli être juste cette fois » disait-il en se lavant les mains devant le miroir quand soudain … il se rendit compte qu’il avait des cernes anormalement bleues (pour quelqu’un a la peau noire, je peux vous assurer que voir du bleu ça peut être très inquiétant). Après plusieurs observations il se dit « ça doit surement être comme cette satanée robe, des fois mes cernes sont marrons, d’autres bleues. Bref, brefons ! ».

Loyd avait cette manie d’agir dans son appartement comme dans un film, il se parlait seul, se répondait, se faisait rire, faisait des pitreries, on croirait qu’il y avait plusieurs personnes dans sa tête. Et cette manière de faire le rendait toujours d’humeur joviale et taquine avec tout le monde.

Il marqua une pause en face de la porte vitrée de son balcon et dit « ah ouais, j’suis pas super gros mine de rien, ah merde on dirait que je ne mange pas … oh bof, de toute façon, un développeur d’applications maigre ça fait beaucoup plus crédible ». Il plongea par la suite dans un de ses 2 poufs colorés (Bleu et Rouge), en effet il préférait les poufs à ses fauteuils. Le choix des fauteuils était (bien sûr) l’œuvre de sa petite amie Julie, lui, il trouvait que les fauteuils étaient trop rigides, pas assez « agiles pour le 3e millénaire », et que les poufs c’était « entre le fauteuil ultime et le lit moelleux ».

Une fois assis (ou couché), il alla directement sur sa chaine préférée, la 83. Une enquête intitulée « êtes-vous soucieux » y passait, et comme à son habitude, il se pressa pour s’écrier « mais vous êtes cons, bien sûr que je ne le suis pas, trop de tranquillité dans mon âme, ah ah ! ». Mais sa curiosité naturelle l’entraina à mieux suivre cette enquête scientifique jusqu’à ce que … pling – pling – pling (je vous l’accord sa sonnerie est quelque peu louche) :

Julie : Hello Loydouuuu (elle avait le don de lui donner des sobriquets tous aussi curieux les uns que les autres, mais qu’il finissait par adorer …. Ahhh le pouvoir de l’amour)

Loyd : Toujours présent !!

J : Tu sais quoi ? J’ai trooop envie d’une pizza today

L : Ah ouais ? C’est marrant moi aussiiiiii (en fait lui, il pouvait en manger toute l’année sans problème)

J : D’acco d’acc, je passe donc à ton bureau dans combien de temps, qu’on y aille ensemble ?

L : Euhhhh, en fait là, je suis déjà rentré

J : Quoiiii ?

: (là, il sent qu’il a dit une bêtise) Ouais, en fait j’ai quitté le taf un peu tôt ….

: C’est bon, je ne veux plus rien entendre, c’est comme ça que monsieur fait maintenant ? Tu quittes le boulot sans me faire signe, et depuis longtemps, et moi comme une grosse conne je me mets en route pour aller te rejoindre !!

: Mais non, laisse-moi t’expliquer

: Ehhhhh ça va, j’ai compris, bye a plus !!

Elle lui raccrocha au nez, il regardait à présent son smartphone en se disant « là j’ai merdé on dirait … comment je vais bien pouvoir arranger ca …. Un cadeau, une surprise … insister … demander à une amie … », et à ce moment précis, quelqu’un dit à la télé « Tout le monde est soucieux … »

Et oui, il l’était bel et bien … lui également !

Publicités